Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Rhétorique et herméneutique : imprécations raciniennes

Résumé : [Revue en ligne : Exercices de Rhétorique, n° 1, 2012] Si l'ars rhetorica est bien, à l'origine, conçue comme un ensemble ordonné de techniques visant à élaborer et produire un discours persuasif, c'est-à-dire efficace, ce savoir-faire s'est très vite accompagné d'un « savoir-lire » 1. L'âge classique non seulement en hérite, mais encore assume explicitement cette inflexion, nourrie de la pratique du commentaire savant ou pédagogique. À une « première rhétorique » succède ainsi sa seconde version, selon les termes mêmes d'un obscur et prolixe professeur actif au milieu du XVII e siècle : Par l'adresse de la composition, qui est la première fonction et le premier usage de l'une et de l'autre Éloquence, on a su se donner des règles pour se conduire judicieusement dans la méditation de quelque sujet, et pour le traiter si savamment, qu'aucune des plus belles pensées qui le regardent ne nous puissent échapper […]. Par l'industrie de la dissection ou critique, qui est la seconde démarche de l'Art du Discours, et tout à fait opposée à la précédente, on s'est acquis la facilité d'être excellent Orateur, sans génie, sans peine, sans étude, sans l'artifice de la préparation, et sans le secours de la lecture. Il semble que ces deux actions de l'Art oratoire comprennent tous les usages de cette divine Faculté [...]. 2 Pour que ce geste critique nous paraisse aujourd'hui légitime, c'est bien que ce déplacement, historiquement attesté, a réussi. La présente étude s'inscrit dans une telle démarche, jalonnée par de nombreux travaux : elle s'attachera à restituer à une notion rhétorique (l'imprécation) les cadres de sa théorisation, puis sa mise en oeuvre textuelle au sein de deux tirades extraites de Britannicus et d'Athalie de Racine 3 , avant d'interroger le possible rendement herméneutique que cette confrontation entre histoire profane et histoire sacrée est susceptible de livrer. Au sein de l'immense matière rhétorique que le poète met en oeuvre 4 , l'imprécation, on le verra, a partie liée avec la question du sublime, tout en offrant une représentation naturelle-c'est-à-dire motivée et vraisemblable-des passions dramatiques qu'il s'agit de représenter, pour susciter l'émotion nécessaire du spectateur : « les "fureurs", les "imprécations", voilà qui, dans Racine, paraît le plus humain », écrivait François Mauriac dans sa Vie de Jean Racine 5 .
Complete list of metadatas

Cited literature [32 references]  Display  Hide  Download

https://hal.sorbonne-universite.fr/hal-02503060
Contributor : Delphine Denis <>
Submitted on : Monday, March 9, 2020 - 4:52:39 PM
Last modification on : Monday, May 11, 2020 - 12:06:02 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, June 10, 2020 - 4:11:21 PM

Files

Imprécations raciniennes.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02503060, version 1

Citation

Delphine Denis. Rhétorique et herméneutique : imprécations raciniennes. La Poésie est grammairienne. Hommages à Joëlle Gardes Tamine, 2012. ⟨hal-02503060⟩

Share

Metrics

Record views

33

Files downloads

52