Parallel worlds on the British stage: distorted reality or renewed realism? - Sorbonne Université Access content directly
Book Sections Year : 2021

Parallel worlds on the British stage: distorted reality or renewed realism?

Abstract

Mark Haddon’s Polar Bears (2010) and Nick Payne’s Constellations (2012) are two recent plays of the British stage exploring the minds of women suffering from a psychological or neurological disorder: in Haddon’s play, Kay, an artist, is bipolar; in Payne’s play, Marianne, a scientist, has a brain tumour. Both pieces question the protagonists’ freedom of self-determination and highlight our sense of reality as a construct, using poetic structures which break with the traditional dramatic linearity of the conventional play. Indeed, instead of providing a chronological succession of scenes, they allow the drama to emerge from a random alternation of parallel scenarios to be read as probabilities. The contradictory, disordered fragments that make up the plays thus invite the reader-spectator, in a suggestive way, to imagine the dramatic possibilities of a story which is never set or decided, instead of merely registering a given narrative. As a result, in providing structural metaphors for the female characters’ pathological states, these plays not only reflect on the tentative process of their own writing, they also encourage us to question our perception of reality as a unique object – a view contradicted by the paradigm shift of quantum physics. While Marianne explains the scientific theory that "In the quantum universe, every choice, every decision you’ve ever and never made exists in an unimaginable vast ensemble of parallel universes", Kay seems to experience Everett’s many-worlds interpretation from a first-person perspective, exclaiming, "We think there’s only one world. […] But there are so many worlds, aren’t there, one laid over the other. […] It’s so beautiful it makes me want to cry." This study aims to look at how these two plays, as instances of a “Theatre of Possibilities”, to use Jean-Pierre Sarrazac’s expression, explore mind and brain disorders to open a dramatic space which allows for a subversive form of realism to develop, based on the quantum principle of uncertainty. They resort to tropes – quantum principles and phenomena used as thematic and structural metaphors – as a means to portray our cognitive processes and, more specifically, to conjure up the hidden reality of pathological subjective experience, paralleled by the most mind-blowing theories of modern science. This work suggests that in Payne’s and Haddon’s plays, the dramatic space becomes a place where quantum descriptions of reality and psychopathological distortions of reality tend to converge to form a consistent landscape/mindscape, making room for theatrical realism to be reinvented from the very matter of what should intuitively appear as the most delusional imaginings.
Polar Bears de Mark Haddon (2010) et Constellations de Nick Payne (2012) sont deux pièces britanniques récentes qui explorent la psyché de personnages féminins souffrant soit d’un trouble psychiatrique soit d’une maladie neurologique : dans la pièce de Haddon, Kay, une artiste, est bipolaire ; dans la pièce de Payne, Marianne, une scientifique, déclare une tumeur cérébrale. En faisant dialoguer santé mentale, fonctionnement cognitif et mécanique quantique, les deux pièces interrogent la liberté et la capacité des protagonistes à s’autodéterminer malgré la maladie et, à travers la mise à mal des fonctions cognitives, mettent en lumière notre perception de la réalité comme construction subjective en utilisant des structures poétiques qui rompent avec la linéarité traditionnelle du drame conventionnel. En effet, au lieu de proposer un enchaînement chronologique de scènes déterminantes dont le déroulé crée progressivement l’univers de la fiction sur le mode indicatif, Polar Bears et Constellations se tissent toutes deux autour d’une alternance aléatoire de scénarios parallèles qui s’appréhendent sur un mode conditionnel comme autant de probabilités décrochées de la flèche du temps. Les fragments contradictoires et désordonnés qui les constituent invitent ainsi le lecteur-spectateur, par touches suggestives et non successives, à imaginer les possibilités d’une histoire sans résolution, qui n’est jamais fixée ou déterminée, au lieu d’enregistrer simplement les avancées d’un récit donné. Cette étude vise à montrer que les hésitations et oscillations qui s’élaborent autour des états pathologiques des personnages féminins (et dont elles sont le résultat et le symptôme) mettent non seulement en abyme le processus même d’écriture (dimension métadramatique), elles nous encouragent également à interroger notre rapport au réel (dimension philosophique) non pas tant comme objet unique et extérieur au sujet qui l’observe, mais comme onde de probabilités ou écosystème d’états superposés dans lequel l’observateur lui-même joue un rôle déterminant. Ce changement de paradigme introduit par la physique quantique rencontre ainsi l’instabilité ou l’indécidabilité psychologique. Tandis que, dans Constellations, Marianne explique la théorie scientifique selon laquelle « dans l’univers quantique, chaque choix que l’on fait, chaque décision que l’on prend existe dans un ensemble infiniment vaste d’univers parallèles », dans Polar Bears Kay semble faire l’expérience directe, à la première personne, de la théorie des mondes multiples d’Everett (many-worlds interpretation) lorsqu’elle s’exclame, en proie à une phase maniaque : « On croit qu’il n’existe qu’un seul monde. […] Mais il existe tellement de mondes (so many worlds), n’est-ce pas, empilés les uns sur les autres. […] C’est si beau que ça me donne envie de pleurer. » Ce travail s’intéresse à la manière dont ces deux pièces illustrent ce que l’on pourrait appeler, avec Jean-Pierre Sarrazac, un « Théâtre des Possibilités » et explorent les maladies de l’esprit et du cerveau pour ouvrir un espace dramatique dans lequel se développe une forme subversive de réalisme postdramatique fondé sur le principe quantique d’incertitude (Heisenberg). Les tropes qui s’y déploient – principes et phénomènes quantiques utilisés comme métaphores thématiques et structurelles – permettent de rendre compte de nos processus cognitifs et, plus précisément, de la réalité cachée de l’expérience intime de la maladie, tout en mettant ces expériences en relation avec les théories les plus révolutionnaires de la science moderne. Chez Payne comme chez Haddon, l’espace dramatique devient le lieu où les descriptions quantiques et les distorsions psychopathologiques de la réalité tendent à converger pour former un paysage étonnamment cohérent dans sa relativité et permettre au réalisme théâtral de se refonder à partir de cela-même qui s’apparente intuitivement aux délires d’une imagination malade et à des dysfonctionnements cognitifs, pour finalement poser la question essentielle de notre libre-arbitre.
Fichier principal
Vignette du fichier
S. AYACHE Parallel worlds on the British stage - Distorted reality or renewed realism (final draft).pdf (279.45 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Licence : CC BY NC ND - Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Dates and versions

hal-03941034 , version 1 (16-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03941034 , version 1

Cite

Solange Ayache. Parallel worlds on the British stage: distorted reality or renewed realism?. Nathalie Vincent-Arnaud et Blandine Pennec (dir.). Distorsions cognitives : formes, récits, imaginaires (domaine anglophone), Toulouse : Presses Universitaires du Midi, pp.58-71, 2021, Amphi 7, ISBN 978-2-8107-0719-5. ⟨hal-03941034⟩
41 View
35 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More