A ‘French Miracle’? The Economic Growth of France 1949-1969 - Sorbonne Université Access content directly
Book Sections Year : 2022

A ‘French Miracle’? The Economic Growth of France 1949-1969

Abstract

After the WW2, production increased greatly in France : from 1949 to 1969, the GDP growth rate was + 5.1% per year on average. In this way, the use of a Cobb-Douglas function leads to interesting results. According to Jean-Jacques Carré, Paul Dubois and Edmond Malinvaud, the growth in production was due to a number of factors It resulted first of all from the increased labor efficiency. Labor resources have increased slightly: + 0.2% per year. The total population has gone from Malthusianism to the renewal of the birth rate. If the activity rate has decreased compared to 1918, the level of employment remained very high since 1949, in spite of a very limited deterioration since 1965 and the duration of work strongly grew between 1946 and 1969. At the same time, the quality of the labor force has improved because of the higher level of education. Consequently, labor productivity accelerated slowly before the war, strongly thereafter. It also resulted from the increase in the stock of productive capital due to a considerable investment effort. Indeed, the growth of productive capital was indisputable. Nevertheless, after 1945, labor and capital growths only explained a limited part of the growth of GDP. Since 1945, the growth was mainly due to a residue. It was explained by economies of scale, better management methods and the development of technical progress and measured by total factor productivity gains. The level of this one was low in 1949 but was characterized by a rapid growth from 1949 to 1966. In conclusion, the French growth resulted from a series of favorable factors: catching up the birth rate, shock of 1939-45, institutional reforms parallel to the efforts of instruction of the French population, reconversion of the industry, release of the demand, environment favorable. Some factors were decisive: firstly, the French gave some priority to work; secondly during the 1960s, France benefited from a modernized productive apparatus and a dynamic, coherent and efficient economic policy was conducted then.
Après la seconde guerre mondiale, la production augmente fortement en France : de 1949 à 1969, le taux de croissance du PIB est de + 5,1% par an en moyenne. Ainsi, l'utilisation d'une fonction Cobb-Douglas conduit à des résultats intéressants. Selon Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud, la croissance de la production est due à un certain nombre de facteurs. Elle résulte tout d'abord de l'augmentation de l'efficacité du travail. Les ressources en main-d'œuvre ont légèrement augmenté : + 0,2 % par an. La population totale est passée du malthusianisme au renouvellement de la natalité. Si le taux d'activité a diminué par rapport à 1918, le niveau de l'emploi est resté très élevé depuis 1949, malgré une détérioration très limitée depuis 1965 et la durée du travail a fortement augmenté entre 1946 et 1969. Dans le même temps, la qualité de la main-d'œuvre s'est améliorée grâce à un niveau d'éducation plus élevé. Par conséquent, la productivité du travail s'est lentement accélérée avant la guerre, beaucoup plus après. Elle résulte également de l'augmentation du stock de capital productif due à un effort d'investissement considérable. En effet, la croissance du capital productif était incontestable. Néanmoins, après 1945, les croissances du travail et du capital n'ont expliqué qu'une partie limitée de la croissance du PIB. Depuis 1945, la croissance est principalement due à un résidu. Il s'explique par les économies d'échelle, l’amélioration des méthodes de gestion et le développement du progrès technique et se mesure par les gains de productivité totale des facteurs. Le niveau de celle-ci était faible en 1949, mais a été caractérisé par une croissance rapide de 1949 à 1966. En conclusion, la croissance française résulte d'une série de facteurs favorables : rattrapage de la natalité, choc de 1939-45, réformes institutionnelles parallèles aux efforts d'instruction de la population française, reconversion de l'industrie, libération de la demande, environnement favorable. Certains facteurs ont été décisifs : d'une part, les Français ont donné une certaine priorité au travail ; d'autre part, au cours des années 1960, la France a bénéficié d'un appareil productif modernisé et d’une politique économique dynamique, cohérente et efficace.
No file

Dates and versions

hal-04004225 , version 1 (24-02-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04004225 , version 1

Cite

Dominique Barjot. A ‘French Miracle’? The Economic Growth of France 1949-1969. Barjot, Dominique, Schroeter, Harm G. and Yago (Kazuhiko) (eds.). Theory and Empirical Performance. Economic Paradigm and Performance in the Long Run (18th to 21st century) - Théorie et performance empirique. Paradigme économique et performance à long terme (du XIXe au XXe siècle), Éditions SPM, p. 171-188, 2022, 978-2-37999-013-7. ⟨hal-04004225⟩
15 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More